• Quand faut-il penser à appeler rapidement un dentiste ?

Divers symptômes peuvent découler de pathologies dentaires. Voici les plus fréquents:

Symptômes externes :

-                votre cheval maigrit ;

-                 il est sujet à des coliques ;

-               un renflement est visible au niveau des mâchoires supérieures ou inférieures ;

-                 il a une haleine nauséabonde ;

-                 vous observez un écoulement nasal purulent ;

-                 vous observez des traces de sang au niveau de la bouche ;

-                 il présente une mauvaise position de la tête et de l’encolure.

Symptômes liés à l’alimentation :

-                 votre cheval mange mal ;

-                 il manque d’appétit ;

-                 il recrache une partie de son fourrage ou de ses aliments ;

-                des grains entiers ou de longues tiges de foin sont retrouvés dans le crottin ;

-                 il a des difficultés à s’abreuver.

Symptômes lors de la monte :

-                 le cheval est difficile à guider en exercice ;

-                 il se défend sous la selle ;

-                 il ne s’incurve pas bien ;

-                 il bat à la main.

Accidents :

-                 votre compagnon a subi une chute ayant touché sa bouche ;

-                 il a subi un coup de pied ayant touché sa bouche.

  • Pourquoi le cheval a-t-il besoin du dentiste ?

Dentiste_equin_manuela_ferraz_04

Les dents du cheval poussent de 2 à 3 mm/an et vue sa mastication latérale il y a formation de surdents, qui sont des pointes d’émail qui blessent les joues pour les mâchoires supérieures et la langue pour les mâchoires inférieures. Il faut donc faire chaque année un nivellement des prémolaires et molaires, et chaque deux ans un nivellement des incisives vu que ces dernières poussent également.
Lors de toute irrégularité des tables dentaires (dominances, crochets, table dentaire en escalier, ondulée, etc.), il y a un déséquilibre qui se fait et qui aura pour conséquences des douleurs de l’articulation temporo-mandibulaire (ATM), des cervicales pouvant se répercuter jusque dans les dorsales et les lombaires.
Ce déséquilibre peut se répercuter sur l’ensemble de la posture du cheval qui va devoir compenser sa position afin de pouvoir se mouvoir avec le moins de douleur possible. Cela aura pour conséquence avec le temps de provoquer des douleurs musculaires importantes, de l’agressivité, du stress, de l’arthrose dans les cas extrêmes.

Des maladies congénitales qui, si elles peuvent être détectée précocement, auront de meilleures chances d’être soignés (bec de perroquet, mâchoire de bouledogue, mâchoire en ciseau, etc)
Une infection buccale ou dentaire peut se propager par le sang et toucher les divers systèmes de l’organisme (système cardio-vasculaire, rénal, digestif, squelettique, etc.) et entraîner des conséquences catastrophiques. Chez le cheval on retrouve également des caries, des périodontites, des gingivites, des pulpites, etc

  • A quelle fréquence le cheval doit-il être vu par le dentiste ?

Dentiste_equin_manuela_ferraz_01Les jeunes chevaux, depuis le début du débourrage jusqu’à 5 ans, devraient être vus chaque 6 mois car c’est dans cette tranche d’âge que commence la plupart des pathologies dentaires résultant de problèmes d’éruption ou de dents de lait qui ne sont pas tombées
De 5 ans à sa retraite, le cheval sera vu une fois par année minimum (minimum car certains chevaux de haut niveau seront vus jusqu’à 4 fois/an)
Dès l’âge de retraite donc vers 17-18 ans, les visites seront espacées à 18 ou 24 mois, dès le moment que la dentition a déjà été contrôlée et qu’elle est en ordre, car à partir de 15-16 ans, l’éruption de la dent diminue, donc il y a également moins de matière dentaire. Cette dernière doit être préservée le plus possible car la durée de vie du cheval va dépendre en partie de la durée de vie de ses dents.

  • Cheval en liberté ou en boxe : ont-ils les mêmes besoins du dentiste ?

Oui, car le cheval en liberté (pâturage) usera plus rapidement ses dents que le cheval conditionné en boxe, mais il aura tout de même des surdents. De plus, vu l’usure plus rapide, les différentes pathologies qui peuvent exister vont se développer plus rapidement également.

  • Le dentiste équin peut-il effectuer tous les soins dentaires ?

Non, car les soins dits de grosse chirurgie ne peuvent être assurés sans une sédation importante voire une anesthésie, ce qui n’est pas de son domaine. Ces actes sont pris en charge par le vétérinaire.
Le dentiste équin effectuera les soins importants pour la mastication et la communication de bases, de prévention, de confort, de rétablissement de l’équilibre de la sphère buccale et des soins de petites chirurgies.

Les soins dentaires sont répertoriés en 5 actes :

I. Actes de soins dentaires importants pour la mastication et la communication.

II. Actes de prévention et de confort (surdents, coiffes, etc.)
Soins de rétablissement de la fonction masticatoire de base (petites dominances, crochets, légère variation des angles des tables dentaires, etc.)

III. Soins de rétablissement de la fonction masticatoire avancée (grosses dominances, crochets, modification importante des angles des tables dentaires, ajustement des incisives, etc.)

IV. Soins de petite chirurgie (ablation de dent de loup, de fragments de dent de lait, de fragments de petites fractures, etc.)

V. Soins de chirurgie lourde (dans ces actes V, certains peuvent être faits par le dentiste, mais généralement c’est lui qui posera le premier diagnostique et qui vous conseillera dans les démarches à suivre pour les soins qu’il ne pourra effectuer lui-même, soit appeler le vétérinaire pour une radiographie et la décision des soins à effectuer. De plus, ces soins demande au minimum une sédation, on appellera donc le vétérinaire.)